segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

En vacances, Nicolas Sarkozy perd son sang froid

Un incident a mis aux prises Nicolas Sarkozy et deux photographes de presse américains qui n'avaient apparement pas respecté les souhaits du chef de l'Etat.

L'un d'entre eux a déclaré: "(Quand Nicolas Sarkozy) nous a vu prendre des photos , sa bonne humeur apparente s'est arrêtée immédiatement".

"Le président était très agité, s'exprimant très rapidement en français et à fort volume", a souligné un des photographes, Vince DeWitt.

"... Quand il s'est approché, j'ai vu qu'il nous montrait du doigt, j'ai réalisé qu'il était en train de hurler. Le bateau du président s'est collé au nôtre et il est monté à bord. Naturellement j'ai été un peu surpris (...)".

Nicolas Sarkozy s'est alors emparé de l'appareil de Vince DeWitt avant de le reposer. Une femme s'est alors exprimée en anglais en relayant la demande du chef de l'Etat français qu'on le laisse tranquille lui et son entourage, a dit DeWitt.

... Des hommes politiques américains se seraient rendus compte de la répercussion d'une crise de colère sur leur image. On aurait pu croire que M. Sarkozy serait conscient de ce qui va avec le fait d'être le président d'un grand pays", a encore ajouté DeWitt.

Finalement, il semblerait que Nicolas Sarkozy ne souhaitait pas que des photos de Rachida Dati, discrètement invitée par le couple présidentiel, soient prises. D’où l'altercation avec les deux photographes américains.

Lire les dépêches Associated Press:
Lire l'article de Marianne:
Lire l'article de Libération:
Lire l'article de l'Express:

Actualités - Revue de presse