segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

L'effet Sarkozy sur l'économie a fait 'pschitt'

Les analystes sont pessimistes après l'annonce d'un taux de 0,3% de croissance au deuxième trimestre.

Selon Nicolas Bouzou, analyste chez Asterès, “l'économie française ne va pas bien.
Elle a besoin d'un électrochoc qui aille très au-delà du sympathique mais limité paquet fiscal“.
“Le pire, déplore-t-il, c'est que l'on ne peut même pas invoquer je ne sais quel facteur "technique" ou "correctif" pour expliquer cette contre-performance. Au contraire, les stocks se sont accrus au deuxième trimestre, apportant 0,1 point de croissance“.
Et de conclure: “dans ce contexte, autant dire que l'idée d'atteindre une croissance de 2,5% cette année relève du fantasme. Même une croissance de 2% semble quasi inatteignable“.

"L'effet Sarkozy a fait 'pschitt'"

De son coté, Alexander Law, du Xerfi, affirme que “l'effet Sarkozy sur l'économie française a fait "pschitt"“. Il affirme que “là où le bât blesse, c'est que les entreprises françaises sont de nouveau sur la défensive“ et ajoute que “la publication de ce jour dresse un portrait bien peu flatteur de l'économie française. D'un côté, certes, les ménages continuent de consommer […], de l'autre côté, la fragilité de l'industrie et du commerce extérieur rend notre croissance vulnérable“.

Lire l'article de Challenges:

Actualités - Revue de presse