segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Le PS critique "le penchant atlantiste" de la diplomatie sarkozyenne

M. Moscovici a dénoncé "des revirements qui nous inquiètent profondément" sur la philosophie de la diplomatie de Paris, opposant les discours de la campagne du candidat Sarkozy à ses initiatives de chef d'Etat.

Il a accusé le président d'avoir, en parlant devant les ambassadeurs de "confrontation entre l'Occident et l'islam", repris à son compte "ce qui n'est qu'une construction des néo-conservateurs américains", pourtant en perte de vitesse en raison du bourbier irakien. Aux yeux de l'ex-ministre, cette conception est "dangereuse pour l'avenir du monde".

En Irak, la politique de M. Sarkozy - auquel M. Moscovici a accolé le nom de Bernard Kouchner - "ne parvient pas à se libérer de son penchant atlantiste", comme en témoigne le "silence assourdissant" sur la question du retrait des troupes étrangères.

Quant au programme nucléaire iranien, c'est "l'alignement sur la position de George W. Bush" qui envisage des sanctions hors du cadre des Nations unies.

Mais l'Afghanistan est "l'illustration la plus frappante de l'incohérence de Nicolas Sarkozy et de son alignement atlantiste", selon M. Moscovici qui s'est notamment ému du redéploiement des avions de l'armée française sur la base de Kandahar, sous commandement américain, y voyant "un message politique fort adressé à George Bush et à l'Otan"...

Lire la dépêche AFP:

Actualités - Revue de presse