segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Déficit: "ce n'est jamais de la faute" de Sarkozy, ironise Hollande

"Ce n'est jamais de sa faute, ce n'est jamais lui, c'est toujours les autres!" Alors que le ton monte entre Nicolas Sarkozy et l'Eurogroupe sur la réduction du déficit budgétaire français, François Hollande a accusé samedi le président de fuir ses responsabilités en renvoyant la faute sur Bruxelles.

"Comme M. Sarkozy ne veut pas avouer qu'il a fait une faute économique grave avec son paquet fiscal et que la France est aujourd'hui en état de déficit insupportable pour nos partenaires européens, il s'en prend à d'autres qu'à lui-même", a moqué le Premier secrétaire du PS lors d'une visite à la Fête de l'Humanité au parc de La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

"Vous verrez, cette méthode sera celle de tout son quinquennat. Ce n'est jamais de sa faute, ce n'est jamais lui, c'est toujours les autres", a-t-il grincé. "Plutôt que de s'en prendre à lui-même par rapport à un paquet fiscal qui a coûté 15 milliards d'euros sans impact sur la croissance, il évite sa propre responsabilité en s'en prenant à d'autres. La méthode de Nicolas Sarkozy, c'est de battre la coulpe des autres par rapport à ses propres fautes, donc ce n'est jamais lui le responsable".

"Il s'en prend" au président de la BCE Jean-Claude Trichet, alors que "c'est la France qui a nommé M. Trichet à la tête de la Banque centrale européenne", et "il s'en prend à M. Juncker (Jean-Claude, président de l'Eurogroupe, NDLR), qui est généralement le mieux disposé à l'égard de la France", a regretté François Hollande.

Lire la dépêche Associated Press:

Actualités - Revue de presse