segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Ce que la gauche refuse d’entendre !

Le ball-trap est la dernière tendance d’un PS en déconfiture qui ne sait plus où donner de la tête. La cible privilégiée semble être la candidate malheureuse à la présidentielle 2007. Ségolène est-elle la seule responsable de la défaite ou est-ce celle inavouable d’un parti sans idée de renouvellement?

Haro sur Ségolène ! Voilà ce qui semble être le maître mot de certains socialistes qui sortent tour à tour des livres anti-Ségo pour expliquer la défaite du PS à la présidentielle. Leur conclusion est pour tous la même : Ségolène n’était et ne sera pas la bonne candidate pour gagner.

Peu leur importe, car ils n’y pensent pas, que du même coup ils relèguent au rang de débiles profonds ceux qui ont eu l’audace de la choisir pour porter un Parti socialiste en manque d’idées. En gros ils leur déclarent, à ces pauvres électeurs déficients, par livres interposés : « Vous n’avez pas été au niveau, vous avez manqué de clairvoyance ! »

Ont-ils oubliés qu’un capitaine, que son ego a étouffé et qui n’a pas supporté un certain échec d’avril 2002, a préféré quitter le navire, laissant du même coup à son équipage le soin de colmater les fissures ? Sans Ségolène y aurait-il eu plus de 17 millions de voix derrière le PS ? N’a-t-elle pas eu le courage de vouloir remettre sur les rangs un PS qui faisait figure de conservatisme dépassé en montrant qu’il fallait revoir certaines idéologies que tout le monde sentait déjà désuètes et inadaptées au monde réel ?

Lire la suite de l'article d'Agoravox:

Actualités - Revue de presse