segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Le CSA refuse de comptabiliser le temps de parole de Nicolas Sarkozy

Omniprésent sur toutes les chaînes de télévision, Nicolas Sarkozy continuera d'échapper aux pointages du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Réuni en séance plénière, mardi 2 octobre, celui-ci a répété que "le temps de parole du président de la République n'a jamais été pris en compte pour l'application des règles définies par les autorités successives de régulation de l'audiovisuel depuis 1982"...

Michel Boyon, président du CSA, répond ainsi à la lettre que lui avaient adressé François Hollande pour lui demander de comptabiliser les interventions à la télévidion et à la radio du président de la République. Choqués par l'inflation "du temps d'exposition médiatique" de M. Sarkozy, les socialistes faisaient de cette comptabilité "une question de démocratie".

Michel Boyon met en avant une décision du Conseil d'Etat de mai 2005 qui place le temps de parole du président de la République hors de la fameuse règle des trois tiers : un tiers pour le gouvernement, un autre pour la majorité, le troisième pour l'opposition.

Il "tape en touche" et, en fait, "ferme la porte", déplore le PS. Au CSA, on se récrie et affirme qu'il ne s'agit "pas d'une fin de non recevoir".

Lire l'article du Monde:
"Tout changement de la pratique du CSA serait contraire à la jurisprudence du Conseil d'Etat", explique Michel Boyon. La mise en place de nouvelles pratiques supposent pour lui "des modifications constitutionnelles". Ni plus, ni moins.

Un argumentaire "incompréhensible" pour François Hollande qui a réagi mercredi soir sur les ondes de France-Info. "Je suis extrêmement étonné de la réponse du président du CSA (...) C'est une décision incompréhensible et infondée en droit", s'est-il indigné.

... Une récente enquête menée par l'INA a ainsi comptabilisé 224 passages présidentiels aux JT de TF1 et France 2 de mai à août 2007. En guise de comparaison, Jacques Chirac, en 1995, à la même époque, n'était apparu qu'à... 94 reprises. ... Une situation inédite qui appellera peut-être le législateur à se pencher sur la question. Le CSA, lui, n'en prendra pas la responsabilité.

Lire l'article du JDD:

Actualités - Revue de presse