segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Pauvreté: les associations mettent Hirsch en garde

Comme d'autres, ATD Quart-Monde refuse de signer un blanc-seing au Haut commissaire et s'inquiète de certaines orientations.

Il y a vingt ans, le 17 octobre 1987, Joseph Wresinski, fondateur d'ATD Quart-Monde, réunissait 100000 personnes sur le Parvis du Trocadéro, où avait été signée en 1948 la Déclaration universelle des droits de l'homme. "Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés", proclamait l'inscription sur la dalle alors inaugurée. Vingt ans plus tard, plus de 110000 signatures ont été recuillies à l'approche de la Journée mondiale du refus de la misère, mercredi.

Ce même jour, Nicolas Sarkozy doit prononcer un discours devant le Conseil économique et social...
Discours qui doit notamment revenir sur les objectifs chiffrés de réduction de la pauvreté et sur les grands chantiers de l'action sociale.

A l'approche de cette journée, le houvernement n'a pas ménagé sa peine. Martin Hirsch, Haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté et ancien président d'Emmaüs France, a volontiers tenté de pratiquer l'ouverture... vers le monde associatif. Objectif: obtenir de ses représentants, reçus à plusieurs reprises depuis le début du mois, qu'ils signent, au pas de course, un "texte d'engagement". Les associations, qui connaissent pourtant bien Martin Hirsch, ont refusé. Motif: "On ne signe pas de blanc-seign" au gouvernement...

Plusieurs responsables associatifs, conviés à des réunions de travail par celui qui fut la figure de proue d'Emmaüs France entre 2002 et le printemps dernier, relatent un malaise croissant du Haut commissaire...

Lire l'article complet de Chloé Leprince sur Rue89:

Actualités - Revue de presse