segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Nouveau traité européen: offensive des tenants du oui au PS

Les partisans socialistes du oui sont passés à l'offensive pour obtenir que le PS approuve le nouveau traité européen, contrariant les efforts du premier secrétaire François Hollande pour dégager une position commune avec les ex-nonistes.

Après Ségolène Royal abandonnant lundi l'exigence d'un référendum sur le traité approuvé par les 27 vendredi à Lisbonne, le maire de Paris Bertrand Delanoë a appelé mercredi ses camarades socialistes à soutenir, "sans complexe et sans état d'âme", sa ratification.

Entretemps, Pierre Moscovici, proche de Dominique Strauss-Kahn, s'est prononcé pour "un oui critique".

Ressurgit ainsi un débat qui avait déchiré les socialistes lors du référendum de 2005 sur le traité constitutionnel de l'Union, leur coûtant sans doute la victoire à la présidentielle, selon le numéro un François Hollande, qui a déjà annoncé son départ en 2008.

Cette conjonction n'est sans doute pas un hasard: le débat européen est propice à une clarification idéologique --la fameuse "rénovation" du parti-- avec, en point de mire, le leadership sur le PS et la présidentielle de 2012, où Mme Royal et M. Delanoë passent aujourd'hui pour concurrents tandis que M. Moscovici ambitionne ouvertement de succéder à François Hollande...

Lire la dépêche AFP:

Actualités - Revue de presse