segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Salaires des fonctionnaires : la grogne syndicale monte d'un cran

... Les organisations syndicales, qui réclament des augmentations collectives, ont quitté la réunion avec le ministre "très en colère", dénonçant "une absence totale de dialogue social" et des mesures "dérisoires" touchant "une minorité d'agents", a déclaré à l'AFP Gérard Aschieri (FSU).

"Le ministre a annoncé comme un scoop qu'il allait payer le travail réalisé", a déploré Eric Fritsch (CFDT), qui a le premier claqué la porte.

Pour Jean-Marc Canon (CGT), "les mesures proposées sont absolument inacceptables" et "aux antipodes de ce que réclament les organisations syndicales".

"Le ministre veut faire passer pour des mesures salariales ce qui est un dû!", s'est indigné pour sa part Jean-Michel Nathanson (Solidaires). "On nous a présenté des mesurettes qui sont encore pires que ce qu'on croyait", a-t-il dénoncé, ajoutant que le gouvernement "portait la responsabilité du conflit social à venir".

La CFTC a pour sa part dénoncé "une vraie fausse rencontre", tandis que l'Unsa a déploré "des mesures profondément injustes", qui s'inscrivent dans une "politique du coup par coup et de saupoudrage".

Pour le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, Bernard Derosier (PS), les annonces de M. Woerth constituent "un simulacre des mesures qu'il serait nécessaire d'adopter".

Les syndicats ont tous confirmé leur appel à la grève pour le 20 novembre pour les salaires et l'emploi. Très remontés contre les 22.900 suppressions de postes annoncées pour 2008, ils ont réclamé à plusieurs reprises et en vain l'ouverture de négociations salariales.


Lire la dépêche AFP:

Actualités - Revue de presse