segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

L'Express aurait subi des pressions de Rachida Dati

Mercredi 24 octobre, la Une de L’Express consacrée à Rachida Dati et à sa «face cachée» est disponible. Au cabinet de la garde des Sceaux, on en fait une lecture rapide, un conseiller envoie même un texto rassurant à la ministre et me passe deux coups de fil apaisés: l’enquête est jugée intransigeante, mais honnête...

Les jours suivants, tout s’emballe: plusieurs sites Internet, notamment celui du Nouvel Obs, évoquent un «diplôme falsifié», que la ministre aurait utilisé...

Madame la ministre, avec un curieux sens des priorités et un sang-froid très limité, remue ciel et terre contre L’Express. Plutôt que de s’en prendre uniquement aux sites Internet qui ont extrapolé sur notre information et repris des rumeurs, elle n’a de cesse d’obtenir un démenti pour une assertion que L’Express n’a pas formulée!

Elle s’inquiète surtout parce qu’elle croit et craint la parution dans L’Express suivant du contenu de son dossier. Elle menace même de diligenter une enquête pour savoir où ont eu lieu les fuites sur ce dossier de candidature. Pourquoi cette peur, puisqu’elle n’a rien à cacher et qu’elle n’a pas usurpé de diplôme? Si les magistrats qui ont évalué son dossier lui ont attribué un peu vite un diplôme, alors qu’elle n’avait que le niveau d’études correspondant, le mal est bénin. Pourquoi ne rend-elle pas public le dossier en question?

Elle préfère faire appeler L’Express par son entourage, et lui demande de relayer des menaces incroyables: «Je vais aller à la télévision dire que c’est un journal raciste!» Allons donc: raciste, le journal d’Albert Camus et de Raymond Aron ?…

Lire l'article complet sur le blog de Christophe Barbier/L'Express:

Actualités - Revue de presse