segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Grèves: le PS juge surprenant le silence de Sarkozy

{niftybox background=lightsteelblue}Le Parti socialiste a jugé "un peu surprenant" lundi le silence de Nicolas Sarkozy depuis le début de la grève contre la réforme des régimes spéciaux.

"On a l'impression qu'il se dit: 'Je laisse faire et j'essaierai de récupérer à la fin'", a observé Stéphane Le Foll, directeur de cabinet de François Hollande, lors du point presse hebdomadaire du PS.

Interrogé sur la probable intervention de Nicolas Sarkozy cette semaine, Stéphane Le Foll a répondu que ce n'est "pas le problème" du PS. "Le sujet, c'est déboucher sur des négociations pour avoir de vraies contreparties pour les salariés et faire en sorte que la grève s'arrête le plus rapidement possible pour tenir compte des difficultés des usagers", a-t-il dit.

Il a réitéré la demande du PS d'une ouverture de négociations dès ce lundi et "sans aucun préalable" à la SNCF et à la RATP. "Aujourd'hui, rien ne justifie le fait qu'on reporte à mercredi le début des négociations", a souligné le député européen PS. Le conflit "a duré trop longtemps, et c'est de la responsabilité du gouvernement et donc du président de la République, puisque c'est quand même lui qui décide de tout".

M. Le Foll a pointé les différences dans les déclarations faites ce week-end par le Premier ministre François Fillon faisant de la reprise du travail un préalable aux négociations et celles de Raymond Soubie, conseiller social de Nicolas Sarkozy, "plutôt sur une négociation tout de suite". "Tous les syndicats, même Sud, ont dit qu'ils étaient prêts à négocier avant mercredi, donc il faut négocier et dès cet après-midi", a-t-il conclu.

Source Associated Press: Grèves: le PS juge "un peu surprenant" le silence de Sarkozy {/niftybox}

Actualités - Revue de presse