segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Les fonctionnaires se sont fortement mobilisés pour défendre leur pourvoir d'achat

{niftybox background=lightgrey}Alors que la grève dans les transports entamait sa septième journée, mardi 20 novembre, la mobilisation des fonctionnaires a rassemblé entre 345 000 et 700 000 personnes dans toute la France.

Près de 148 manifestations de fonctionnaires, mais aussi d'étudiants et de cheminots, ont notamment eu lieu à Nantes, Rennes, Lyon, Caen, Marseille ou encore Paris. Près d'un tiers des agents de la fonction publique étaient en grève, mardi, un record depuis 2005. "Ce n'est probablement pas la mobilisation qu'attendaient les syndicats, mais c'est significatif", a reconnu le ministre du budget Eric Woerth.

De nombreux secteurs ont été touchés par le mouvement social pour la défense du pouvoir d'achat des fonctionnaires. Dans l'éducation nationale, la FSU comptabilisait 65 % d'enseignants mobilisés dans le primaire et 58 % dans les collèges et lycées – une information "démentie formellement" par le ministère qui évoque le chiffre global de 40 %. Plus d'un agent des impôts sur deux était également en grève. Dans l'ensemble de la fonction publique, le taux de grévistes dépassait les 30 % à la mi-journée pour finir légèrement en-dessous de ce chiffre, selon le ministre du budget Eric Woerth, alors que les syndicats estiment qu'ils sont 45 %.

A Paris, où entre 30 000 et 70 000 personnes ont défilé dans l'après-midi, les principaux leaders syndicaux ont salué une mobilisation qualifiée d'"importante", et ont appelé le gouvernement à en"tirer les conséquences" sur les salaires."C'est une grève bien suivie, elle marque un vrai saut quantitatif et qualitatif", a déclaré Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, qui a également réagi aux propos tenus, mardi, par Eric Woerth. "Le ministre reconnaît que les fonctionnaires ne gagnent pas très bien leur vie, il faut qu'il en tire les conséquences", a-t-il conclu. M. Woerth avait estimé, mardi dans Le Parisien, que les fonctionnaires devaient accepter de "faire plus d'heures supplémentaires" afin d'améliorer leur revenu.

Le leader de la CFDT, François Chérèque, défilait également en tête de cortège à Paris, mais il a du quitter la manifestation sous les huées. Une vingtaine de manifestants lui reprochaient d'avoir appelé à la fin du mouvement social dans les transports. "J'ai exprimé l'avis des cheminots de la CFDT qui est différent de ce que peuvent dire d'autres organisations syndicales, on ne l'accepte pas dans notre pays", a-t-il par la suite regretté sur Europe 1.

"Nous avons incité à ce que les salariés se bougent, se mobilisent", a déclaré pour sa part le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, qui a rappelé qu'une récente conférence sur le pouvoir d'achat n'avait donné lieu "à aucune mesure concrète". Nicolas Sarkozy, qui a demandé la fin de la grève dans les transports, mardi, a promis des "initiatives pour répondre à l'angoissante question du pouvoir d'achat, de la croissance et de l'emploi" dans les prochains jours, sans en préciser exactement la nature.

Source Le Monde: Les fonctionnaires se sont fortement mobilisés pour défendre leur pourvoir d'achat

A lire aussi:
{/niftybox}

Actualités - Revue de presse