segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Justice: "Une réforme aussi stupide que la ministre"

{niftybox background=lavender}

Dans un entretien à Rue89, Arnaud Montebourg s'en prend à Rachida Dati, tandis que la fronde contre la carte judiciaire grandit.

De plus en plus contestée, la réforme de la carte judiciaire rassemble contre elle nombre de professionnels de la justice et d'hommes politiques. Mercredi, 200 députés défilaient place Vendôme. Jeudi, 13 des 23 bâtonniers dont le tribunal de grande instance (TGI) est menacé de suppression se rendaient à leur tour au ministère, chaîne autour de la taille et corde autour du cou.

Avocat de profession, Arnaud Montebourg s'insurge contre cette réforme qu'il qualifie de "sottise". Considérant qu'elle est "mauvaise pour le justiciable et pas très bonne pour le contribuable", le député PS, chargé de la prospective au sein du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, a fustigé son coût élevé (500 millions d’euros) pour pas grand chose:
"On s’acharne sur des tribunaux qui fonctionnent bien, ça n’a pas de sens. Cette réforme a été faite pour la gloriole médiatique de celle qui ne prend pas de risques en se présentant [aux municipales] dans le VIIe arrondissement."

Pique destinée à rappeler que les grands perdants de la future carte judiciaire sont les petites villes, les banlieues et les zones rurales. Les grandes villes, elles, ne sont pas touchées.

Arnaud Montebourg s'en est pris personnellement à Rachida Dati:
"Une réforme aussi stupide que la ministre (...) Elle est totalement incompétente (...) Elle n'a que le soutien du monarque parce qu'elle est la courtisane."

Dans sa circonscription de Saône-et-Loire, quatre tribunaux d’instance sont supprimés: Louhans, Charolles, Autun et Montceau-les-Mines. Plusieurs manifestations contre ces suppressions ont eu lieu. Des élus locaux de l'UMP ont même soutenu celle que Montebourg a organisé devant le tribunal d'instance de Louhans. Dans plusieurs petites villes, on craint la désertification. Des tribunaux supprimés, ce sont des d'emplois qui déménagent.
C'est leur profession d'avocat, mais aussi les justiciables eux-mêmes, que sont venus défendre les bâtonniers jeudi devant la Chancellere. Chaque suppression de TGI entraîne systématiquement la disparition d'un barreau. A quelques jours de l'annonce de la version définitive de la nouvelle carte judiciaire, ils ont tenté un ultime coup pour essayer d'inverser le cours de la réforme.

Un coup rondement mené. Deux heures avant leur arrivée place Vendôme, les rédactions sont alertées. Devant le ministère, les journalistes sont questionnés par la sécurité de la Garde des Sceaux: "Que se passe-t-il? Pourquoi êtes-vous là?"
Opération réussie. Pour une fois, la manifestation peut se dérouler sans difficulté juste devant le bâtiment. Il faut dire qu'ils sont peu nombreux. D'ailleurs, ils seront tous rapidement reçus par le secrétaire général du ministère. Mais ils ne se font guère d'illusions sur cette réforme qu'ils estiment menée "en fonction des connivences politiques ou autres".

Les mêmes critiques résonnent dans la bouche des socialistes. Socialistes qui, par la voix d'Arnaud Montebourg, déroulent également leurs contre-propositions en matière de réforme: augmentation des compétences des tribunaux d’instance pour décharger les TGI et, à l’inverse, diminution de la taille des TGI. En clair, "donner plus de compétences aux tribunaux qui fonctionnent".

Largement contestée, la réforme de la carte judiciaire n'agace toutefois pas qu'au PS. A l'UMP, nombreux sont ceux qui ont fait part de leur opposition à la réforme. Une réforme parfois mal perçue sur le fond, mais surtout très mal venue à quelques mois des municipales.

Source Rue89: Justice: "Une réforme aussi stupide que la ministre" {/niftybox}

Actualités - Revue de presse