segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Les ménages français ont peu consommé en octobre

{niftybox background=lavender}
Depuis la fin de l'été, les ménages français freinent leur consommation, une tendance confirmée par une étude publiée vendredi 23 novembre par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). En octobre, la consommation des ménages français en produits manufacturés, qui représente environ le quart de leur consommation totale, a reculé de 1,1 % après une baisse de 0,3 % en septembre (contre + 0,1 % en première estimation), selon les chiffres corrigés des variations saisonnières et des jours ouvrables publiés par l'Insee.

"commerce", les dépenses ont baissé de 1,2 % en octobre (après - 0,1 % en septembre). Le repli des dépenses de consommation en biens durables s'accentue (- 2,3 % après -0,5%) sous l'effet de l'effritement des dépenses en biens d'équipement du logement (- 3,6 % après + 0,7%), souligne l'Insee. De même, les dépenses de consommation en textile-cuir chutent de 2 % après avoir été stables en septembre.


Dans le

PREMIERS PRIX EN HAUSSE

Concernant les achats d'automobiles, la diminution est moins importante qu'en septembre (- 1,1 % après - 2,2 %). Au final, seules les dépenses en "autres produits manufacturés" (pharmacie, édition, bricolage, parfumerie, etc.) se redressent ce mois-ci, gagnant 0,3 % contre - 0,2 % en septembre. Sur un an, la consommation en produits manufacturés ressort à 2,7 %.

Parallèlement, le cabinet Nielsen Panel International a publié, jeudi 22 novembre, une étude selon laquelle les prix des produits alimentaires de grande consommation ont augmenté de 0,7 % en octobre, pour la première fois en douze mois. Les marques de distributeurs et les "premiers prix" enregistrent les plus fortes hausses avec, respectivement, + 1,62 % et + 2,01 %.

"POUVOIR D'ACHAT AU RALENTI"

Selon Alexander Law, économiste à l'institut Xerfi, "les ménages doivent composer avec un pouvoir d'achat qui progresse au ralenti dans un contexte de tensions inflationnistes", notamment sur l'alimentation et l'énergie.

Mathieu Kaiser, économiste à la banque BNP-Paribas, estime, de son côté, que "l'économie française pourrait bien perdre le soutien de la consommation des ménages au cours des prochains trimestres", évoquant une possible révision à la baisse de sa prévision de croissance pour 2008, "pourtant déjà très faible à 1,8 %".

Source Le Monde: Les ménages français ont peu consommé en octobre
{/niftybox}

Actualités - Revue de presse