segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Revue de presse du 05/01/08

{niftybox background=lavender} sego7.jpg
  • Ségolène Royal en première secrétaire du parti socialiste ? Chez les militants, certains disent «enfin», d’autres «bof», voire «pitié !» Mais une majorité redoute que le duel annoncé avec Bertrand Delanoë (Libération de vendredi) ne phagocyte la rénovation du parti.

    Globalement le coming out de l’ex-candidate à la présidentielle semble réveiller des troupes en plein marasme sur l’incapacité de leurs dirigeants à s’opposer en proposant : «Même Yannick Noah tape plus fort sur Sarkozy !», se désespère Sylvie, la trentaine (Montreuil). «La base est dépitée du manque de réaction du PS, alors que l’UMP avance», ajoute Christine (Saint-Brieuc). Plutôt royaliste, elle caresse l’espoir «qu’un(e) chef mette fin à la guerre… des chefs. Ce que je veux, c’est un PS fort avec une tête capable de nous mettre en ordre de marche et surtout de ne pas recommencer l’éternel combat de virgules entre motions pour aboutir à une synthèse molle au congrès».

    Déconstruction. Vincent, jeune entrepreneur «pro-Ségo» (Annecy) se dit prêt à aller à la baston : «Ségolène n’est pas une femme d’appareil, mais elle paraît tellement indestructible que si elle prend le parti, ils auront peur. Pour que la rénovation marche, il faut qu’elle soit portée par des personnes crédibles. Delanoë l’est aussi, mais on lui reproche d’être entré dans l’aigreur de Jospin vis-à-vis de Ségolène. Et sur le plan idéologique, Bertrand est encore très années 70, alors qu’elle est dans la déconstruction totale, prête à prendre des risques, à organiser des primaires de toute la gauche, à l’italienne.» Vincent est sûr qu’un rapprochement Royal-Hollande est dans les tuyaux. Et imagine pour l’actuel premier secrétaire «un rôle de gardien du temple à la Pierre Mauroy. Hollande a acté le fait qu’il ne passe pas dans l’opinion». La sortie du bois de Ségolène Royal répond pour lui à une autre urgence : «Affaiblir vite Olivier Besancenot avant qu’il ne gauchise une bonne partie des socialistes de Haute-Savoie.»

    L’ex-candidate à l’Elysée, patronne du PS ? «C’est courageux, car elle va s’en prendre plein la gueule, mais c’est souhaitable et pertinent», s’emballe Philippe, militant dans le XVIIIe arrondissement de Paris. «Après l’échec de la présidentielle, j’ai douté. Mais là, elle avance habilement sur sa stratégie et sa communication. Elle ne fait plus des tunnels et se pose en leader.» Mais quid du retour de Dominique Strauss-Khan avant 2012 ? «Après avoir passé un pacte avec Sarkozy et brassé du fric au FMI, revenir au bout de trois ans en leader du PS n’est pas jouable», dit Philippe. Qui peste contre ce parti «d’intellos chroniques qui décrédibilisent Ségolène, alors qu’elle a pigé qu’il faut faire avec des idées et pas des idéaux». Pour ce Parisien, «Delanoë ne fait pas le poids, parce qu’il est la quintessence du Parisien. On ne fera jamais voter un Marseillais pour lui»..

    Lire la suite

  • Inflation: le PS pointe "l'impuissance du gouvernement"
    AFP
    Le Parti socialiste a pointé samedi "l'impuissance du gouvernement", réagissant à des déclarations de la ministre de l'Economie et des Finances Christine Lagarde qui a pronostiqué une inflation supérieure en 2008 à celle de 2007. 
  • Sanctions contre les chômeurs: Julien Dray dénonce une "stigmatisation"
    AFP
    Le porte-parole du Parti socialiste Julien Dray a fustigé samedi la "stigmatisation" des chômeurs, réagissant aux déclarations du président Nicolas Sarkozy qui s'est prononcé en faveur de sanctions contre les chômeurs qui refuseraient deux offres d'emplois "acceptables"
  • Nombreuses réactions à la mort de Raymond Forni
    AFP
    Raymond Forni, décédé dans la nuit de vendredi à samedi, "fait partie de ces socialistes qui ont compris dès le congrès d'Epinay le sens de la stratégie de François Mitterrand autour du rassemblement de la gauche", a déclaré samedi le Premier secrétaire du PS François Hollande.
{/niftybox}

Actualités - Revue de presse