segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Revue de presse du 30/01/08

{niftybox background=lavender} sarko1.jpg
  • Royal: le président Sarkozy, c'est "Monsieur taxes"
    AFP
    Ségolène Royal a qualifié le président Nicolas Sarkozy de "Monsieur taxes", mercredi à Argenteuil, citant la TVA, la taxe sur les produits pétroliers et les franchises médicales, "une taxe sur la santé".
    "Il faut arrêter avec toutes ces taxes nouvelles, il faut que M. Sarkozy, Monsieur taxes, arrête avec tout cela, baisse la TVA, rende l'argent de la Société générale aux petits et aux moyens épargnants qui paient pour les gros. Ca suffit, ce règne de l'argent fou d'un côté et la diminution du pouvoir d'achat de l'autre", a déclaré l'ex-candidate PS à la présidentielle.
  • Peillon: les relations personnelles Royal-Hollande "concernent les Français"
    AFP
    L'eurodéputé Vincent Peillon, très proche de Ségolène Royal, a estimé mercredi sur i-télé que les relations personnelles entre l'ex-candidate socialiste à l'Elysée et le Premier secrétaire François Hollande "concernent aussi les Français".
  • Pouvoir d'achat, le compte n'y est pas, par Didier Migaud
    Le Monde
    Trois constats ressortent des études officielles : les inégalités augmentent, la redistribution est de moins en moins effective, et le pouvoir d'achat est remis en question. L'improvisation dans laquelle, en fin d'année 2007, le gouvernement a présenté un texte sur le pouvoir d'achat, six mois après avoir voté un paquet fiscal censé à l'époque régler le problème, démontre la difficulté de la majorité à apporter des réponses efficaces.
  • Lauren Fabius réclame "un peu de calme" au président Sarkozy
    AFP
    L'ancien Premier ministre Laurent Fabius a dit mercredi sur France 5 attendre du Président Nicolas Sarkozy "un peu de calme" en cette période de crise financière.
  • Traité européen: 59% des Français veulent un référendum
    AP
    Cinquante-neuf pour cent des Français veulent un référendum sur le nouveau traité européen, alors que 33% préfèrent qu'il soit ratifié par le Parlement, selon un sondage CSA paraissant dans "L'Humanité Dimanche". Huit pour cent des personnes interrogées ne se prononcent pas.
  • La cote de Nicolas Sarkozy chute de 8 points, selon TNS Sofres
    Reuters
    La cote de popularité de Nicolas Sarkozy recule de huit points passant de 49% à 41% dans le baromètre mensuel TNS Sofres pour le Figaro Magazine.
    Il s'agit du "décrochage le plus fort depuis son installation à l'Elysée", écrit le magazine à paraître samedi.
    La proportion de sondés qui ne font "pas du tout" ou "plutôt pas confiance" au président français dépasse désormais nettement la part de satisfaits: ils sont 55% contre 48% il y a un mois.
    Les deux têtes de l'exécutif réunissent désormais une majorité d'opinions défavorables puisque 51% des Français ne font pas confiance à François Fillon (contre 49% en janvier)...

    La glissade est particulièrement sensible chez les plus de 65 ans (-8 points, à 50%), les ouvriers (-11 points, à 34%), les professions intermédiaires (-14 points, à 32%) et chez les sympathisants centristes (-13 points, à 35%)...
    Interrogés sur le climat social global, 87% des Français jugent le gouvernement inefficace pour lutter contre la hausse des prix et 70% font le même jugement sur la lutte contre le chômage.
    Pour 68% des personnes interrogées, les choses "ont tendance à aller plus mal" en France et 66% prédisent "beaucoup de conflits sociaux" dans les deux ou trois mois à venir.
    Régler ces problèmes risque de déboucher sur des affrontements et de la violence pour 46% des Français contre 43% qui pensent qu'on les résoudra par la négociation et le compromis.
    Près d'un sondé sur deux (49%) pense que le rôle de la France dans le monde s'affaiblit (42% en janvier) et seuls 30% des personnes interrogées estiment que la France se renforce sur la scène internationale, soit une baisse de cinq points en un mois.
    A six semaines des élections municipales, 41% des Français disent avoir une bonne image du Parti socialiste (contre 49% qui la juge mauvaise) et ils sont 37% à avoir une bonne image de l'UMP. Un sondé sur deux a une mauvaise image du parti majoritaire.

{/niftybox}

Actualités - Revue de presse