segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Revue de presse Ségolèniste du 21/04/08

  • Peillon : le PS a besoin de Royal à sa tête
    AFP
    L'eurodéputé PS Vincent Peillon, proche de Ségolène Royal, a estimé aujourd'hui que le PS avait besoin d'avoir l'ancienne candidate à la présidentielle "à sa tête" pour succéder au premier secrétaire François Hollande, lors du congrès de novembre.

    "Aujourd'hui, le Parti socialiste a besoin d'avoir Ségolène Royal à sa tête autour d'une équipe de gens de talents et pas seulement des candidats putatifs et qui l'aident dans sa tâche" pour la présidentielle de 2012, a affirmé le porte-parole de campagne de l'ancienne candidate à France Inter/Le Monde i-télé.

    M. Peillon a affirmé avoir des "désaccords" avec l'ancien Premier ministre Pierre Mauroy qui avait proposé la candidature de l'eurodéputé à la tête du PS. "Je ne désespère pas de convaincre Pierre" que l'élection de Mme Royal à la tête du parti "est la bonne solution pour notre famille politique et pour la France".
  • Ségolène Royal, première ou deuxième gauche ?
    Il y aurait donc d’un côté Ségolène Royal, d’un autre côté Bertrand Delanoë, puis les « reconstructeurs » et enfin Martine Aubry. L’idéal pour des médias comme Le Monde seraient effectivement qu’il y ait un affrontement bipolaire Ségolène Royal VS Bertrand Delanoë ou Martine Aubry. Et dans un éventuel affrontement, Ségolène Royal VS Martine Aubry certains voudraient y voir l’affrontement première gauche contre deuxième gauche...
  • Le PS à la tête de toutes les communautés urbaines de plus de 500.000 habitants
    AFP
    Le Parti socialiste s'est félicité lundi d'avoir été élu à la tête de "toutes les communautés urbaines d'agglomérations de plus de 500.000 habitants", a indiqué lundi l'eurodéputé Stéphane Le Foll.
  • Le PS donne le coup d'envoi des débats de son Congrès de novembre
    AFP
    Le PS donne lundi le coup d'envoi des débats de son Congrès de novembre avec la présentation d'un projet de "déclaration de principe" destinée à définir l'identité des socialistes du XXIe siècle et à réviser une charte de "teneur marxiste" remontant au Congrès d'Epinay de 1971.
  • Le PS présente sa nouvelle carte d'identité
    AP
    Le Parti socialiste va se doter d'une nouvelle carte d'identité. Sept mois avant son congrès, le PS a présenté lundi son projet de nouvelle déclaration de principes, ensemble de valeurs destinées à lui permettre de "faire face aux défis du XXIe siècle".
  • Le socialisme à jour
    Le Monde
    Par son nom même, le Parti socialiste s'inscrit dans un courant de pensée. Or le contenu de cette pensée est devenu incertain, et ses contours flous. Qu'est-ce qui est socialiste ? Qu'est-ce qui ne l'est pas ? Depuis que ce parti a renoué avec l'exercice du pouvoir, en 1981, après en avoir été écarté pendant près d'un quart de siècle, on ne le sait plus trop.
  • A six mois de son congrès, le Parti socialiste a établi une nouvelle base idéologique
    Le Monde
    Pas d'envolées lyriques mais des phrases courtes, dans lesquelles chaque mot a été soigneusement pesé. La commission présidée par Alain Bergounioux, secrétaire national aux études du Parti socialiste, a mis au point une nouvelle déclaration de principes qui remplacera celle de 1990. Six mois avant le congrès de novembre, ce groupe de travail, où toutes les sensibilités étaient représentées, avait pour mission de de jeter les bases idéologiques de la rénovation du PS. Largement consensuel – ce qui suggère que le parti est, sur le fond, moins divisé qu'il y paraît –, ce document est le fruit d'un grand accord politique. Il sera soumis au vote lors de la convention nationale du 14 juin, après avoir été validé par les fédérations, qui ne devraient apporter que des retouches limitées.
    Lire texte intégral pdf

  • "Utile et serein .com" : la nouvelle stratégie internet de Ségolène Royal
    Politique.net
    Dans la course à l'image à laquelle se livrent les responsables socialistes pour essayer de sortir du lot, Ségolène Royal a toujours un coup d'avance. Isolée au sein du PS, elle applique depuis 2006 une stratégie de contournement du parti en prenant à témoin l'opinion face à des cadres socialistes souvent hostiles à son égard. En 2006, elle avait créé l'association "Désirs d'avenir" et lancé une grande campagne participative, d'abord sur le net, puis sur le terrain, en organisant les fameux "débats participatifs". Objectif de la manœuvre : rechercher une légitimité auprès des militants à défaut de réels soutiens au sein du PS. Cette stratégie avait réussi et Ségolène Royal avait très largement remporté la primaire socialiste en novembre 2006. Elle compte donc récidiver en appliquant la même tactique pour prendre la tête du PS en novembre prochain.

Actualités - Revue de presse