segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

BHL espère propulser Ségolène Royal à la tête du PS

Bernard-Henri Lévy a trouvé une nouvelle activité : dresseur d’éléphants. D’éléphants socialistes, s’entend. Son objectif avoué est de propulser Ségolène Royal à la tête du parti. «C’est vrai, j’aimerais qu’elle soit premier secrétaire.» Ces jours-ci, il se déploie en manœuvres de séduction autour des jeunes loups, les Moscovici (qu’il verrait bien en tandem avec Royal), Valls (auquel il rend hommage dans son livre), Vincent Peillon («C’est rare, un intellectuel en politique»), Montebourg… « Le PS m’intéresse. Si je peux aider la gauche sociale-démocrate à prendre le pouvoir, je le ferai.» Et comme il ne fait «jamais les choses à moitié», il publie un essai sur l’avenir de la gauche : Ce grand cadavre à la renverse...

... Il cingle Jospin («Trop d’aigreur, trop de méchanceté, une pointe de bassesse») et François Hollande («Une couille molle»). Voudrait réconcilier Royal avec quelques cadors du monde médiatique. C’est alors qu’il plisse les yeux : «Je crois en elle. Elle a du charisme. Elle n’était pas prête, mais là elle est en train de se construire idéologiquement.» Julien Dray, un proche de Royal, confirme : «Elle a été flattée de voir qu’un intellectuel s’intéressait à elle alors que tout le monde la prenait pour une cruche. Quand à lui, il a été bluffé par cette femme qui donne un sentiment de fragilité et chez qui on découvre une terrible détermination.» L’intello et la candidate se sont vus, téléphoné. Il l’a rassurée, encouragée, coachée. Cet été, ils ont dîné à la Colombe d’Or, à Saint-Paul-de-Vence, avec Arielle Dombasle ; la photo s’est retrouvée en une de Var-Matin...

Lire l'interview dans Libération:
Voir l'interview vidéo de BHL dans le Parisien:
A lire aussi:


Actualités