segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Royal rencontre Cristina Fernandez, candidate à la présidentielle argentine

envoyé par nosdesirsdavenir


(AFP) BUENOS AIRES - L'ex-candidate socialiste à la présidentielle française, Ségolène Royal, s'est félicitée samedi à Buenos Aires de sa rencontre la veille avec la première Dame argentine, candidate à la présidentielle de dimanche en Argentine, en qui elle a trouvé une femme "très déterminée et très mobilisée".

Mme Royal, a eu un entretien d'une heure avec la sénatrice Cristina Fernandez de Kirchner, épouse du président sortant Nestor Kirchner, qui se présente dimanche au premier tour de la présidentielle.

"J'ai trouvé une femme très déterminée, très tonique, très mobilisée", a déclaré dimanche l'ancienne candidate socialiste, devant plusieurs journalistes français.

Mme Royal a indiqué qu'elles avaient partagé leur expérience de femme et de candidate, et évoqué le problème de "la conciliation entre l'exercice du pouvoir et la féminité". Sur ce dernier point, Mme Royal a souligné les critiques dont avait été l'objet la première dame argentine, allant même jusqu'à une "remise en cause de sa compétence économique" alors que c'est pour elle une "préoccupation majeure".

La sénatrice Cristina Fernandez, femme élégante et toujours impeccablement maquillée est souvent critiquée pour sa coquetterie. "Ce n'est pas parce qu'on fait une campagne électorale qu'on doit se vêtir de haillons", a expliqué Mme Fernandez, citée par Mme Royal. "J'ai trouvé fort de sa part cette féminité assumée", a indiqué la socialiste française.

"Elle est en train d'inventer une nouvelle alliance entre la capacité à exercer une autorité (...) et à garder en même temps sa féminité", a-t-elle encore dit, soulignant que "cette exigence (était) très originale".

Les deux femmes s'étaient déjà rencontrées en février à Paris lors d'une visite en France de la candidate argentine. L'ex-candidate socialiste a précisé qu'elle ne prévoyait pas de rencontrer les autres candidats à la présidentielle, dont la députée Elisa Carrio, soutenue par le Parti socialiste argentin, mais que rien n'était exclu.

Mme Royal doit quitter Buenos Aires lundi à destination du Chili où elle doit rencontrer la présidente Michelle Bachelet, avant de regagner Paris.

Lire ladépêche AFP:

Lettre de Ségolène Royal depuis Buenos Aires


Amigas, Amigos,

Je vous écris de Buenos Aires où je suis arrivée vendredi et où j’ai rencontré Cristina Kirchner, candidate favorite de l’élection présidentielle argentine. Ne soyez pas surpris par la graphie de cette petite lettre depuis l’hémisphère sud : je l’ai tapée pour partie sur un clavier espagnol qui ne comporte pas les mêmes signes et, après transfert sur un “azerty” francophone, les corrections laissent certainement à désirer ¡

Vendredi, donc, arrivée dans cette ville qui est vraiment l’une des plus belles du monde. Les valises sont restées à l’escale de Sao Paulo mais qu’importe ¡ Il faut savoir voyager léger...

J’ai rendez-vous à 17 heures avec Cristina, dans sa résidence privée. Son avance sur les autres candidats est telle que tout le monde la donne gagnante, la seule question étant de savoir si ce sera dès le premier tour ou a l’issue du second.

La campagne s’arrêtant le vendredi, Cristina a prévu de partir jusqu’à dimanche, jour du vote, en Patagonie, la région dont elle a été longtemps l’élue et dont son mari, Nestor Kirchner, a été le gouverneur avant d’être Président de la République argentine. Là-bas, dans la ville de Calafete, a 3.500 km de Buenos Aires, elle a sa maison, ses bases.

Elle a repoussé son départ pour me recevoir et j’en suis très touchée...

Lire la suite sur Désirs d'Avenir

Actualités