segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Ségolène Royal: derniers jours à Buenos Aires

Samedi 27 octobre : Rencontre au siège de la Centrale des Travailleurs Argentins.

Aujourd’hui, je rencontre la direction nationale de la CTA, syndicat indépendant, pluraliste et combatif qui se bat pour sa reconnaissance légale. En Argentine, en effet, le syndicalisme a historiquement pris la forme d’une organisation unique, pilier du régime péroniste. Après la fin de la dictature et durant les années ultra-libérales du gouvernement Menem, un mouvement syndical indépendant s’est peu à eu affirmé et a donné naissance, en 1992, à la CTA. Ce syndicat se bat aujourd’hui pour être habilité, lui aussi, à conclure des accords avec le patronat et l’Etat. Leur priorité : la juste redistribution des fruits de la vigoureuse croissance argentine. Ses responsables m’expliquent sur quelles bases ils ont constitué leur organisation qui entretient des relations fraternelles avec les syndicats français et participe activement à la Confédération Internationale des Syndicats : autonomie par rapport aux partis et à l’Etat, démocratie syndicale, recherche d’un syndicalisme adapté aux formes actuelles du capitalisme globalisé.

Je leur fais part de ma conviction que la qualité du dialogue social et des relations dans l’entreprise est un facteur de compétitivité et de mobilisation efficace de la richesse humaine. Au fil de nos échanges, je suis frappée de voir combien, malgré la différence des contextes, les problèmes se ressemblent : quelles sécurités face à la précarité grandissante ? Quel modèle de croissance profitant au plus grand nombre ? Quel rapport de force avec quel syndicalisme représentatif et de masse pour rééquilibrer les relations entre le capital et le travail ?
(...)

Signature Ségolène Royal

Lire la suite sur le site de Désirs d'Avenir:

Actualités