segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Sondage IPSOS : "un enfumage de plus" pour Guillaume Garot, porte-parole de Ségolène Royal

Un énième sondage du baromètre Ipsos-Logica Business Consulting pour Le Monde, France Inter, France Info, France 2 et France 3 sur les intentions de vote pour l'élection présidentielle paraît ces jours-ci.

"Que nous dit l'oracle ?" se demande le député-maire de Laval, Guillaume Garot. "Sur la base d'un échantillon "représentatif" de 963 personnes, il crédite d'hypothétiques candidats (Borloo, Villepin, Bayrou…) d'intentions de vote parfois inférieures à la marge d'erreur ! Et il en conclut ensuite que tel candidat à la primaire socialiste creuse l'écart et que tel autre marque le pas. Pourtant, face à Nicolas Sarkozy, le représentant du PS, quel qu'il soit, réalise le même score."

Pour le porte-parole de Ségolène Royal, "c'est un enfumage de plus de la part d'instituts de sondage qui, il est vrai, ne sont plus à ça près. Manifestement, les sondeurs ont fait leur choix et cherchent à l'imposer aux électeurs."

"Mais que valent des sondages qui interrogent les Français uniquement par des appels sur des lignes fixes alors qu'ils sont de plus en plus nombreux, notamment dans les catégories populaires, à n'utiliser que le portable ?" poursuit Guillaume Garot. "Que valent les "redressements" opérés sur les candidats et surtout au profit de qui ? Silence des sondages sur ce point."

"Les sondages son aujourd'hui incapables de mesurer ce que sera la mobilisation autour de chaque candidat, les 9 et 16 octobre. C'est pourtant la clé des primaires socialistes, ouvertes à tous."

"Le matraquage des sondages est un poison pour la démocratie", conclut Guillaume Garot. "Les seuls sondages valables : le vote des électeurs, en toute liberté."

Actualités