segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

"Réglement de comptes", le livre de Julien Dray sort Mercredi 14/11/07

L'hostilité des « éléphants »

« Le 11 février au soir, après le rassemblement de Villepinte, (...) Arielle Dombasle organisait la première de son spectacle dans une grande salle parisienne. DSK y assistait. A ses interlocuteurs impressionnés par la performance de Ségolène, il répondit par une moue dubitative et finit par lâcher que cette « intervention à la Fidel Castro » n'était « ni faite ni à faire ». (...) Arrivant dans l'urgence (à un meeting en faveur du Darfour), Ségolène oublia, lorsqu'elle prit la parole, de saluer la présence de Laurent Fabius. Celui-ci entra dans une colère noire, prenant tout Paris à témoin pour faire savoir qu'il se sentait méprisé. Claude Bartolone, son fidèle lieutenant, fut sommé dès le lendemain de choisir : « C'est elle ou moi. » (...) Je me souviens de ce déjeuner de l'équipe de campagne où Claude s'était retourné vers nous pour nous dire qu'il n'aurait jamais cru qu'un jour il quitterait Dark Vador pour rejoindre la Petite Maison dans la prairie. (...) C'était bien de Laurent Fabius dont il parlait... »

Lionel Jospin

« Le livre de Lionel Jospin occupe une place particulière dans la série de pamphlets parus depuis notre défaite (...) Consacrer 88 pages sur 140 à démolir, avec des arguments d'une bassesse inhabituelle sous la plume d'une éminence de cet ordre, la candidate que l'écrasante majorité des militants socialistes a voulu, et soutenue, est non seulement la preuve d'une violence de tempérament qui ne surprendra que ceux qui ne l'ont jamais fréquenté, mais également une injure inqualifiable envers les 17 millions de Français qui ont voté Ségolène Royal. »

La tentative de débauchage de Sarkozy

« Dimanche 17 juin 2007, 18 heures, jour du second tour des élections législatives. Le téléphone sonne, Nicolas Sarkozy veut me parler (...) :

- Si tu veux me présenter tes condoléances pour ma défaite, attends encore deux heures !

- Tu vas être réélu, (...) mais là, je veux te parler de toi. (...) Je veux que tu entres au gouvernement. (...) J'ai besoin des meilleurs. (...). Tu feras ce que tu veux.

- J'espère que tu ne te fais pas trop d'illusions.

- Non, mais réfléchis, on ne sait jamais. »

*« Règlement de comptes » de Julien Dray, Ed. Hachette Littératures, 17 €.

A lire aussi:

Actualités