segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Ségolène Royal mise sur son aura dans l'opinion pour conquérir le PS

L'ancienne candidate considère avoir fait évoluer le discours du PS sur l'Europe - elle a appelé les socialistes à voter "oui" au traité de Lisbonne sans faire du référendum une affaire de principe -, les rapports avec le MoDem, la vision des 35 heures ou encore l'organisation de primaires à l'italienne afin de permettre aux sympathisants de désigner un candidat à l'élection présidentielle. Vertement critiquée pour avoir mis en doute, après la campagne, le bien-fondé de la proposition du smic à 1 500 euros, elle s'amuse à relever que cette mesure a étrangement disparu du vocabulaire des dirigeants socialistes.

Si elle a marqué des points au plan idéologique, Ségolène Royal tarde en revanche à afficher une stratégie de conquête du PS, qu'elle considère pourtant comme indispensable. Plutôt que de fonder un courant, elle a relancé son association Désirs d'avenir, qui revendique plus de 10 000 membres dont tous ne sont pas adhérents du PS. "Cet aiguillon va jouer un rôle de laboratoire d'idées capable d'apporter de la valeur ajoutée au PS", assure l'avocat Jean-Pierre Mignard, qui vient de prendre la présidence de Désirs d'avenir.

"Le préalable à toute chose, considère Mme Royal, c'est la reconstruction d'une offre politique cohérente et nouvelle" qu'elle pourrait "fédérer" à condition que s'opèrent des recompositions internes au PS. Elle ne "s'interdit pas" de postuler à la direction du parti mais sa tentative manquée de devenir premier secrétaire en mai dernier l'incite visiblement à la plus grande circonspection.

En outre, le spectacle donné par le PS, qui n'a toujours pas soldé le contentieux européen de 2005, ne l'encourage pas à s'impliquer dans des manoeuvres d'appareil d'autant plus aléatoires que les rapports de force internes sont devenus difficiles à cerner. Cette prudence renforce ceux qui sont convaincus que "l'accident" ou "la parenthèse Ségolène" appartient au passé et que le départ de nombreux adhérents à 20 euros devrait hâter le mouvement. Les partisans de Mme Royal, considère Henri Emmanuelli, "ne représentent pas un mouvement de pensée".

Pour Ségolène Royal, le congrès prévu fin 2008 paraît encore loin. Tout le monde ne partage pas cet avis. "Il faudrait qu'elle s'investisse davantage. D'ailleurs, beaucoup le lui demandent" , plaide Jean-Jack Queyranne, président du conseil régional de Rhône-Alpes. Gaëtan Gorce, député "rénovateur" de la Nièvre, constate pour sa part que " Ségolène Royal dispose, sur le plan des idées, d'une capacité à prendre des risques que les autres n'ont pas". "Dommage qu'elle ne s'intéresse guère à la tactique, ajoute-t-il. Mais c'est aussi ce qui lui permet de voir au-delà du prochain congrès."

Dans l'immédiat, et en attendant que les grandes manoeuvres débutent au PS, Mme Royal peut se réjouir d'avoir enrayé sa chute dans les sondages. Elle a regagné dix points (à 57 % d'opinions favorables) dans le dernier tableau de bord Paris Match-IFOP.

Source Le Monde: Ségolène Royal mise sur son aura dans l'opinion pour conquérir le PS

Actualités