segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Pour Ségolène Royal, le PS doit "se redresser, se faire davantage entendre"

segolene2.jpg.jpg(AFP) - L'ex-candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, a estimé lundi qu'il fallait que le PS "se redresse, se fasse davantage entendre", indiquant que pour sa part elle travaillait "à être prête le moment venu" pour être "utile" à son parti.

Ségolène Royal a également accusé le gouvernement de faire preuve "d'arrogance et d'archaïsme" dans la réforme des régimes spéciaux, estimant toutefois nécessaire une réforme des retraites.

Elle a estimé que le chef de l'Etat avait "dégradé le climat social depuis son arrivé à l'Elysée". Nicolas Sarkozy "se dit que le mouvement de grève est impopulaire, il se dit que les régimes spéciaux sont impopulaires alors on peut aller à l'affrontement", a-t-elle résumé.

Elle s'est refusée une fois de plus à répondre à la question de savoir si elle serait candidate à la direction du parti socialiste. "Les Français estiment que les socialistes parlent trop entre eux, donc je ne veux pas tomber là-dedans", a-t-elle affirmé sur France Inter.

Elle a en revanche souhaité la création "à partir du PS, (d')un mouvement politique de masse" à gauche, estimant qu'il "va falloir trancher la question du rassemblement, des altermondialistes jusqu'au centre-gauche".

Elle a estimé qu'une telle transformation pourrait attirer "des électeurs, des citoyens qui ne se reconnaissent pas aujourd'hui dans le PS mais qui sont prêts à revenir vers un mouvement politique qui prend en compte un certain nombre de problèmes qui leur tiennent à coeur".

"Je pense qu'il y a une urgence, donc il faut travailler, j'y travaille, je suis prête à y travailler avec tous ceux qui le souhaitent pour réfléchir à une autre méthode de fonctionner, de reconstruire un Parti socialiste élargi à toutes les forces politiques qui le voudront".

Se référant à l'exemple "très intéressant" des primaires en Italie pour choisir le leader d'un nouveau grand parti de centre-gauche, elle a estimé qu'un tel regroupement "n'est pas une question de chefs de partis".

"C'est très difficile les négociations avec les chefs de partis parce que derrière il y a les enjeux électoraux. Ce qu'il faut trouver c'est un système qui déconnecte les enjeux électoraux (...) et la réflexion de fond sur ce que doit être aujourd'hui une grande organisation politique à gauche qui rassemble toutes les forces qui veulent que la France fonctionne autrement".

"Aujourd'hui, le moment est venu de travailler, de se remettre au travail" et "le problème, ce n'est pas mon itinéraire personnel", a insisté la présidente de la région Poitou-Charentes.

"Il y a un travail de longue haleine à engager, ce travail je m'y engage", a-t-elle dit. "Je travaille pour être prête le moment venu, si je puis être utile et à mon pays et à mon parti", a-t-elle ajouté.

Source AFP: Pour Ségolène Royal, le PS doit "se redresser, se faire davantage entendre"

Actualités