segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Grand débat avec Ségolène Royal samedi 19 janvier

{niftybox background=lightgrey}


Venez nombreux au Grand Débat avec Ségolène Royal

Samedi 19 janvier 2008, à 14 heures 30,
à la Maison de la chimie (28 rue Saint Dominique - 75007 Paris – M° et RER Invalides)

Interviendront aussi :
Vincent Peillon, Manuel Valls, Gaëtan Gorce, Pierre Moscovici, Marisol Touraine, et en modérateur François Rebsamen.


(AFP) - L'Institut Edgar Quinet organise pendant trois jours, à partir de jeudi, un séminaire qui doit être pour la gauche l'occasion d'avancer sur le thème "inégalités et justice sociale".


Ségolène Royal, qui avait mis l'accent dans la campagne présidentielle sur le besoin pour la gauche de trouver un nouvel équilibre entre solidarités collectives et émancipation individuelle, prendra la parole à ces "journées de formation", lors d'une table ronde samedi après-midi sur le thème "égalité, une nouvelle stratégie d'action".

Sous l'arbitrage du "modérateur" François Rebsamen, qui fut son directeur de campagne, elle y retrouvera deux fers de lance de la rénovation du PS, Gaëtan Gorce et Manuel Valls, Pierre Moscovici et Marisol Touraine (courant Strauss-Kahn) et André Vallini, proche de Francois Hollande.

Le député européen Vincent Peillon, professeur de philosophie et proche de Mme Royal, est l'organisateur de ces journées qu'il clôturera, et auxquelles une quinzaine de chercheurs et d'universitaires apporteront leur contribution.

Selon Vincent Peillon, ce thème a été choisi car "l'essentiel de notre identité socialiste et républicaine repose sur la question sociale".
L'eurodéputé rappelle que la gauche "a connu des difficultés" avec la question sociale, comme en témoigne "la désaffection des couches populaires" à l'égard du PS à la présidentielle de 2002.

Faute d'"une doctrine claire" alors que "le modèle social français est en crise", la gauche "a perdu là-dessus les trois dernières présidentielles", affirme-t-il.

Ces journées, organisées à l'Ecole normale supérieure puis à la Maison de la chimie, à Paris, ont pour ambition de "renouer un dialogue entre les intellectuels et ceux qui sont engagés dans l'action publique", selon le député européen. Une centaine d'élus doit y assister.
{/niftybox}

Actualités