segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Ségolène Royal au 20 heures de TF1 (04/12/07)

{niftybox background=lightgrey}
"Je vais m'engager avec passion dans la rénovation des idées du Parti socialiste pour préparer l'alternance"


Ségolène Royal a affirmé mardi soir sur TF1 qu'il n'était "pas facile d'assumer une défaite", disant avoir "beaucoup mûri" pendant la campagne présidentielle. "C'est pas facile d'assumer une défaite, surtout la tristesse, le désarroi, la douleur de ceux qui se sont battus avec moi", a déclaré celle qui vient de publier chez Grasset un livre, "Ma plus belle histoire, c'est vous".

"Je crois que quelque chose s'est levé dans cette campagne, qui doit continuer, qui ne s'arrêtera pas", a dit l'ex-candidate socialiste. "Cette expérience-là sera mise au service des forces de progrès", a-t-elle ajouté. "Peut-être que mon plus grand regret, c'est de n'avoir pas su convaincre les personnes âgées en France. C'est là où j'ai perdu beaucoup de voix parce qu'elle ont voté massivement pour mon adversaire", a précisé Ségolène Royal.

Interrogée sur ses intentions pour 2012, elle a éludé la question. "Je vais m'engager totalement, pleinement, avec passion, dans la rénovation des idées du Parti socialiste, mais au delà aussi, du Parti socialiste, avec cette nécessité de faire converger toutes les forces de progrès pour préparer l'alternance", a-t-elle répondu. Elle a réaffirmé qu'elle dirait "en début d'année prochaine" si elle envisageait de prendre la tête du PS après le départ de François Hollande, Premier secrétaire.

"J'ai voulu accélérer l'histoire"

"Ce livre est une étape, c'est-à-dire qu'il faut en tirer les leçons pour la suite", a-t-elle ajouté. "Pour gagner des élections et pour porter un idéal, il faut aussi une organisation, qui a une cohérence, un projet qui est préparé suffisamment tôt avec le candidat ou la candidate, il faut une discipline", a-t-elle dit.

Revenant sur le refus de François Bayrou d'accepter le poste de Premier ministre en cas de victoire, elle a affirmé que c'était une "occasion historique" manquée. "Il faut sortir du choc de l'opposition entre la droite et la gauche" a-t-elle ajouté, reprenant le leitmotiv du président MoDem. "L"histoire nécessite parfois des accélérations, j'ai voulu accélérer l'histoite", a-t-elle précisé. Cette "vaste coalition des forces de progrès", nul doute qu'elle souhaite en prendre la tête en 2012.

Source TF1: Royal veut sortir du "choc droite-gauche" {/niftybox}

Actualités - Ségo TV