segorama-segolene-royal

En poursuivant votre navigation sur Segorama, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.

Actualités

Revue de presse du 23/02/08

{niftybox background=lavender}
  • "Pauvre con va", glisse un Sarkozy vexé à un homme qui le snobe
    Le Monde

    [dailymotion:x4hlg3]

    Repoussé par un homme qui ne voulait pas lui serrer la main, Nicolas Sarkozy a laissé fuser l'insulte, samedi matin, lors de sa visite du Salon de l'agriculture, une scène diffusée par Le Parisien sur son site.
    Dans la cohue, le président progresse en serrant des mains, entouré de gardes du corps. Arrivé au niveau d'un homme en veste beige, il s'énerve quand ce dernier se retourne brusquement :"Ah non, me touche pas, tu me salis", lui lance le visiteur en colère. "Casse-toi, casse-toi alors! Pauvre con va...", répond le président français sans se départir de son sourire avant de poursuivre sa route dans les allées du Salon.
    Ce face-à-face tendu rappelle celui qui avait opposé Nicolas Sarkozy à un pêcheur du Guilvinec début novembre, quelques jours après l'annonce de l'augmentation de son traitement de chef d'Etat.
    Il avait été pris à partie par des marins d'une plateforme et avait sommé l'un d'entre eux de descendre s'expliquer.
    "Descends un peu le dire ! Si tu crois que c'est en insultant que tu vas régler le problème des pêcheurs"
    , avait-il lancé devant les caméras.
    Pendant la suite de sa visite, il avait expliqué qu'il refusait les insultes à l'égard des pêcheurs et à son encontre et qu'il n'acceptait le dialogue qu'entre "gens corrects".
  • Nicolas Sarkozy chute de neuf points, à 38% d'opinions favorables, selon un sondage
    AP
    La cote de popularité de Nicolas Sarkozy enregistre une chute de neuf points en février, avec 38% de Français satisfaits du président de la République contre 47% en janvier, dans un sondage IFOP pour "Le Journal du Dimanche". Les mécontents sont 62% contre 52%, le mois précédent.
  • Rétention de sûreté: Badinter dénonce un "tournant très grave"
    Reuters
    La loi sur la rétention de sûreté est un "tournant très grave" dans le droit français, dénonce samedi Robert Badinter.
    "Aujourd'hui, nous sommes dans une période sombre pour notre justice", déclare l'ancien Garde des Sceaux socialiste dans un entretien publié par Le Monde.
{/niftybox}

Actualités - Revue de presse

Ségolène ROYAL était à Nice pour soutenir Patrick Allemand (23/02/08)

{niftybox background=lightgrey}
[dailymotion:x4hcih]

Ségolène Royal appelle à "changer d'air" à Nice comme ailleurs

segolenenice2008_1.jpg

Presque un an après sa mémorable visite au coeur des quartiers populaires, Ségolène Royal est revenue à Nice.
A l'occasion d'un passage dans la région, elle a tenu à faire un détour par Nice pour manifester son soutien à Patrick ALLEMAND qui conduit la liste de la gauche rassemblée et des écologistes "Nice 2008-Changer d'ère".

segolenenice2008_5.jpg

  Elle est allée à la rencontre des niçois, dans la matinée, puis elle a fait une halte Place Massena pour participer à la dernière étape de la Tournée des Quartiers, et rencontrer les acteurs culturels qui ont participé à ce magnifique projet.

segolenenice2008_3.jpg

Ségolène Royal était heureuse de revoir les Nicois

[dailymotion:x4h5zc]

(Reuters - Pierre Thébault) - À Nice pour soutenir les candidats socialistes aux municipales, Ségolène Royal a dénoncé la multiplication d'annonces et de promesses présidentielles non tenues.

À Nice comme ailleurs, à l'occasion du scrutin de mars, "il est maintenant grand temps de changer d'air", a déclaré l'ancienne candidate à l'Élysée, dans un clin d'oeil à l'intitulé de la liste de gauche "Changer d'ère - Aire d'échange".

segolenenice2008_6.jpg

"Hausse des prix, vie trop chère, hausse du prix de l'essence, de l'alimentation, impôts, promesses non tenues, on n'en peut plus", a-t-elle estimé lors d'un point de presse place Masséna, qu'elle a ralliée en tram après avoir parcouru le marché de la Libération.

"Trop de familles sont dans les difficultés. On en a assez de cette politique d'improvisation, de désinvolture, d'annonces nouvelles au quotidien sans doute pour faire oublier celles de la veille", a-t-elle insisté aux côtés de Patrick Allemand, tête de liste socialiste, et de la comédienne Sophie Duez, qui y figure en quatrième position.

Pour Ségolène Royal, la France n'a jamais connu un tel désordre, "et Nice un tel affairisme, abus et corruptions en tous genres. Il est temps que cela cesse, cette ville doit retrouver le sens de la morale publique et de la justice sociale".

En mars, outre la liste PS, le secrétaire d'État chargé de l'Outre-Mer, Christian Estrosi, se présente à Nice face au maire sortant Jacques Peyrat. Ancien du Front national, il a été suspendu par l'UMP pour avoir maintenu sa candidature.

Arrivée à Nice en début de matinée après une étape de campagne à Montpellier vendredi, Ségolène Royal s'est offert un long bain de foule dans les allées du marché, serrant des dizaines de mains et signant des autographes.

La présidente de Poitou-Charentes a en revanche refusé de répondre à toute question "hors sujet" ne concernant pas "le quotidien des Français"...

segolenenice2008_4.jpg


{/niftybox}

Actualités - Ségo News

Zapping du 22/02/08

{niftybox background=lavender}
[dailymotion:x4gl3g]

Clash dans le Grand Journal de Canal+ entre Jean François Kahn et Jean Michel Apathie à propos de l'appel pour une vigilance républicaine publié ci dessous.

Pour une vigilance républicaine

Les soussignés se réclament de sensibilités très diverses, et ils ont sur un certain nombre de sujets importants des positions très différentes, mais ils ont malgré tout en commun un certain nombre de convictions et de valeurs qu'ils entendent réaffirmer.

  • Leur attachement au principe républicain et, en conséquence, leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective.
  • Leur attachement aux fondamentaux d'une laïcité ferme et tolérante, gage de la paix civile.
  • Leur attachement à l'indépendance de la presse et au pluralisme de l'information.
  • Leur attachement aux grandes options qui ont guidé, depuis cinquante ans, au-delà des clivages partisans, une politique étrangère digne, attachée à la défense du droit des peuples et soucieuse de préserver l'indépendance nationale et de construire une Europe propre à relever les défis du XXI° siècle.

Au-delà de leurs divergences, les soussignés tiennent à rappeler leur engagement à défendre, séparément ou ensemble, ces impératifs, comme toujours cela fut fait au cours de l'Histoire de la République.

  • Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du Général de Gaulle
  • Dominique de Villepin, ancien Premier ministre
  • Ségolène Royal, ancien ministre, Présidente de la région Poitou-Charentes
  • François Bayrou, ancien ministre, député des Pyrénées-Atmantiques
  • Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre
  • Corinne Lepage, ancien ministre
  • Nicolas Dupont-AIgnan, député de l'Essonne
  • Bertrand Delanoë, maire de Paris
  • Maurice Leroy, député de Loir-et-Cher
  • Nöel Mamère, député de la Gironde
  • Jean-Christophe Lagarde, député de la Seine-Saint-Denis
  • Marielle de Sarnez, conseillère de Paris
  • André Gérin, député du Rhône
  • Arnaud Montebourg, député de la Saône-et-Loire
  • Jacqueline Gourault, sénatrice du Loir-et-Cher
  • Jean-Pierre Brard, député de la Seine-Saint-Denis
  • Jean-Paul Bled, président des Cercles universitaires d'études et de recherches gauliennes

Pour signer ce texte, cliquer ici.

{/niftybox}

Actualités - Buzz

Revue de presse du 22/02/08

{niftybox background=lavender}segolene1.jpg
  • "Cités d'avenir" : les quartiers avec Ségolène Royal
    AFP
    "Cité d'avenirs", déclinaison de "Désirs d'avenirs" dans les "quartiers", a vu le jour vendredi à Montpellier où sera basé son siège social, en présence de Ségolène Royal.
  • Ségolène Royal fait des municipales un enjeu de résistance à Sarkozy
    La Tribune

    Venue soutenir la candidate socialiste Hélène Mandroux à Montpellier, Ségolène Royal a appelé vendredi les électeurs à "venir voter aux élections municipales" des 9 et 16 mars.

    "Les citoyens doivent venir voter aux élections municipales. L'avenir des gens, des familles, de la population peut et doit s'organiser au niveau des villes, des départements, des régions", a-t-elle souligné lors d'une conférence de presse. "C'est les endroits où on peut résister contre le désengagement de l'Etat, le délitement des solidarités de proximité."

{/niftybox}

Actualités - Revue de presse

Zapping du 21/02/08

{niftybox background=lavender}
[dailymotion:x4g4ix]

Le stylo de Sarko selon Ségolène

{/niftybox}

Actualités - Buzz

Page 349 sur 349